Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Passions

  • Baptême de voltige... dans les airs

    En ce moment, je suis en paix avec moi-même. Et avec les autres, aussi. Dernièrement, j'ai en effet testé la voltige aérienne au-dessus de Nancy. Et depuis, bizarrement, je suis plus détendu dans ma vie de tous les jours. Lorsque je suis dans les bouchons, par exemple, je lève simplement les yeux vers les cieux pour retrouver les impressions que j'ai pu avoir ce jour-là. J'ai l'impression que toutes les activités un peu dingues auxquelles on s'essaye servent à ça, au final : à se souvenir de ce qui compte. Ca sert à se rendre compte que d'être dans les bouchons, ce n'est pas si monstrueux que ça : c'est un endroit plutôt sympa où vivre, à bien y réfléchir. Et avoir conscience de ça est tout à fait salutaire, tout spécialement dans une époque où tout le monde essaie de tirer la couverture à soi. Ça permet de ne pas se tracasser inutilement face aux quidams qui doublent pour gagner dix mètres, quitte à risquer un accident mortel. Tout énervement contre ces comportements est tout à fait futile vu que pour commencer, l'on ne peut pas sanctionner les agissements du chauffard ; et d'autre part, même si on le pouvait, il y en aurait 1000 autres derrière pour prendre sa place. Alors il y a deux façons de vivre tous ces instants : en stressant ; ou en prenant son mal en patience et en pensant à autre chose. Et soyez certains d'une chose : mieux vaut être à votre place qu'à la place de l'autre conducteur. Le crétin qui est prêt à gratter une poignée de mètres n'est en rien détendu. Des scientifiques ont en effet réalisé une étude sur les rats, qui montrait que les rats dominants vivaient moins longtemps que les autres : ils étaient servis par les autres mais stressaient toujours à l'idée de perdre leur place de mâle alpha. Ne suivez donc pas leur exemple : laissez ces chauffards qui semblent si pressés d'arriver (où ? Et pour faire quoi ?). Quant à vous, profiter. Que vous soyez dans les embouteillages ou dans la queue du cinéma, est-ce vraiment si important ? Est-ce qu'on n'est pas bien, là, à avoir du temps pour réfléchir ? Et si vous souhaitez faire le plein de sensations, je vous invite à goûter la voltige aérienne : les sensations qu'on a durant sont carrément sensationnelles ! Voilà le site par lequel je suis passé. Retrouvez plus d'informations sur l'organisateur de ce de ce voltige aérienne à Nancy.

  • Surmonter sa peur de l'avion

    C'est assez bizarre. Quand je prenais l'avion étant enfant, je restais scotché au hublot et ne me lassait pas de regarder la terre tout en bas. Je n'éprouvais pas la moindre peur, j'adorais voler à bord de ces gros engins. Mais je ne sais pas trop pourquoi, avec le temps, j'ai commencé à m'affoler chaque fois que je devais prendre l'avion. Au point de devoir avoir recours au fameux cocktail "Lexomil-alcool" qui ne suffisait pas vraiment à me rassurer. Bref, ça commencçait à devenir un cauchemar. Il y a de ça quelques mois, j'ai donc décidé de participer à un stage pour affronter ma peur de prendre l'avion. Mon stage s'est passé en plein Paris. Nous étions 6 stagiaires réunis pour l'occasion. Certains étaient plus atteints que d'autres : une stagiaire n'était plus montée à bord d'un avion depuis 10 ans ! L'équipe a commencé par nous apprendre que nous n'étions pas seuls à avoir cette difficulté : 23% des voyageurs d’affaires partagent cette peur. Nous avons donc commencé par une première étape consistant à contrôler nos pensées. L'objectif de cet échange était de prendre conscience des raisonnements qui entretiennent nos peurs. Et croyez-moi, ça faisait un bien fou de pouvoir en rire ! Puis la psychologue nous a appris à nous relaxer en nous servant de la respiration abdominale, en s'appuyant sur un logiciel de cohérence cardiaque. Après une pause déjeuner, nous avons abordé la deuxième partie du stage : mieux comprendre le fonctionnement d'un avion. L'idée est toute simple : c'est le fait de ne pas comprendre qui provoque en partie la peur. Un authentique pilote de ligne nous a donc expliqué pourquoi l'avion est vraiment le moyen de transport le plus sûr. Puis il a eu la lourde tâche de répondre à nos nombreuses questions (par exemple : est-ce que le train d'atterrissage peut tomber ? Un avion peut-il se retourner ? Etc etc). Après deux heures de questions, j'étais devenu incollable sur le sujet. Puis nous sommes passés à la dernière étape, la plus ludique : nous avons pris les commandes virtuelles d'un 737 ! Le simulateur de vol était une réplique exacte de cockpit, et était placé sur des vérins pour copier les sensations de vol. Un autre pilote de ligne nous a fait prendre les commandes et nous avons tous pu le piloter un quart d'heure, en suivant ses indications. La journée s'est achevée par un débriefing où chacun a partagé son ressenti. Pour finir, j'ai repris l'avion l'esprit serein. Je mentirai en disant que je ne ressens pas une certaine anxiété avant le décollage, mais prendre l'avion ne me vide plus de mon énergie. Et je profite beaucoup plus de mes vacances depuis. A lire sur le site internet de cette activité de stage contre la peur en avion.

  • Voler comme un Albatros

    Tout récemment, j'ai fait quelque chose qui marche une vie entière : j'ai grimpé à bord d'un avion de chasse pour un vol de 45 minutes. Cette expérience originale s'est déroulée du côté de Pontoise et c'était réellement sensationnel. Je croyais m'être assez préparé aux sensations que je pourrais éprouver en vol : j'avais lu tous les retours d'expérience sur la question. Je savais absolument tout ce qui m'attendait. Mais vous savez quoi ? Il existe une différence capitale entre le fait de savoir et la vivrede l'intérieur. C'est une vérité qu'on sait tous mais que nous avons en fait tendance à occulter. Nous passons à présent tellement de temps attachés à nos écrans que nous en occultons toujours un peu plus le réel. Nous sommes parvenus à un degré d'abstration où, lorsque nous nous découvrons quelque chose, nous sommes obnubilés par le fait de partager en ligne. Nous rencontrons une star ? Tout ce qui compte, c'est un selfie avec qu'on pourra partager en ligne. Un plat de spaghettis bolognaise ? Il faut un cliché vite partagée avant même de déguster. Nous n'existons plus dans le présent : nous sommes piégés dans l'instant qui suit, celui où le monde va acclamer et commenter l'anecdote. Au fond, nous fonctionnons tous des junkies implorant leur dose de likes. Ce qu'il y a de plus triste, dans tout ça, c'est que tout le temps passé à imaginer cette vie sur internet, c'est autant de temps que nous passons à ne pas vivre nos vies. Les délices de la schizophrénie en réseau. On peut sincèrement une époque démente, car nous ne sommes plus seuls dans nos têtes. Enfin, j'ai été littéralement conquis par ce vol en avion de chasse. Je vous mets en lien le presta par lequel je suis passé, si vous habitez du côté de Pontoise...Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de cette expérience de vol en L-39.