Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Elle est pas belle, la vie ? - Page 2

  • Les nouvelles règles du chômage

    Ce sera sans doute l'un de ses derniers gestes comme ministre du Travail. Ce jeudi 4 mai, Myriam El Khomri paraphera la nouvelle convention d'assurance chômage. "C'est confirmé, signature jeudi", a annoncé l'entourage de la ministre, attestant au passage une information du Figaro. Cette signature, nécessaire, était attendue d'un jour à l'autre, en raison du calendrier électoral. Les partenaires sociaux voulaient surtout que les choses avancent avant le 7 mai et l'arrivée du nouveau chef de l'Etat. Les propositions d'Emmanuel Macron, notamment, inquiètent beaucoup les partenaires sociaux. Le candidat d'En marche souhaite modifier profondément la logique de l'assurance-chômage en la transformant en un droit universel, ouvert à tous y compris aux indépendants et aux démissionnaires. En contrepartie, les "devoirs" des chômeurs seraient plus encadrés. La nouvelle convention est la transcription de l'accord conclu le 28 mars entre le patronat et les syndicats, à l'exception de la CGT. Ils s'étaient mis d'accord après un long processus de négociation. Cette convention modifie, pour trois ans, plusieurs paramètres de l'assurance chômage, comme le niveau de cotisations patronales, les conditions d'affiliation au régime, la formule de calcul des allocations et les règles d'indemnisation des seniors. Si la hausse des cotisations patronales (+0,05 point) doit entrer en vigueur le 1er octobre prochain, les autres mesures prendront effet le 1er novembre. Des changements qui ne sont pas au goût de tous. Quatre associations de chômeurs doivent remettre à Myriam El Khomri une pétition dénonçant cet accord qui vise "les femmes, les seniors et les précaires". Elles estiment qu'il ne faut pas agréer le texte. L'entourage de la ministre a indiqué que les organisations "seront reçues" par son cabinet "si elles se présentent au ministère". Le texte prévoit des économies conséquentes. En rythme de croisière (à partir de 2022), la convention est censé réduire le déficit du régime de près de 900 millions d'euros par an, selon un chiffrage de l'Unédic. Fin 2016, l'assurance chômage affichait une dette de 30 milliards d'euros et l'Unédic prévoyait, avant la signature de la nouvelle convention, des déficits de 3,6 milliards en 2017 et de 3,9 milliards en 2018. Si sa fonction assurantielle est globalement à l'équilibre - les cotisations collectées couvrent les allocations versées -, le régime est en déficit notamment en raison du financement de l'opérateur public Pôle emploi, dont elle assure les deux tiers (plus de 3 milliards d'euros par an), et de l'indemnisation des travailleurs transfrontaliers, qui engendre un déficit d'environ 600 millions d'euros.

  • Voler comme un Albatros

    Tout récemment, j'ai fait quelque chose qui marche une vie entière : j'ai grimpé à bord d'un avion de chasse pour un vol de 45 minutes. Cette expérience originale s'est déroulée du côté de Pontoise et c'était réellement sensationnel. Je croyais m'être assez préparé aux sensations que je pourrais éprouver en vol : j'avais lu tous les retours d'expérience sur la question. Je savais absolument tout ce qui m'attendait. Mais vous savez quoi ? Il existe une différence capitale entre le fait de savoir et la vivrede l'intérieur. C'est une vérité qu'on sait tous mais que nous avons en fait tendance à occulter. Nous passons à présent tellement de temps attachés à nos écrans que nous en occultons toujours un peu plus le réel. Nous sommes parvenus à un degré d'abstration où, lorsque nous nous découvrons quelque chose, nous sommes obnubilés par le fait de partager en ligne. Nous rencontrons une star ? Tout ce qui compte, c'est un selfie avec qu'on pourra partager en ligne. Un plat de spaghettis bolognaise ? Il faut un cliché vite partagée avant même de déguster. Nous n'existons plus dans le présent : nous sommes piégés dans l'instant qui suit, celui où le monde va acclamer et commenter l'anecdote. Au fond, nous fonctionnons tous des junkies implorant leur dose de likes. Ce qu'il y a de plus triste, dans tout ça, c'est que tout le temps passé à imaginer cette vie sur internet, c'est autant de temps que nous passons à ne pas vivre nos vies. Les délices de la schizophrénie en réseau. On peut sincèrement une époque démente, car nous ne sommes plus seuls dans nos têtes. Enfin, j'ai été littéralement conquis par ce vol en avion de chasse. Je vous mets en lien le presta par lequel je suis passé, si vous habitez du côté de Pontoise...Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de cette expérience de vol en L-39.

  • Charlotte Hogg démissionne de la BoE

    La Banque d’Angleterre (BoE) a annoncé mardi la démission de Charlotte Hogg du poste d’adjointe au gouverneur qu’elle occupait depuis le début du mois, après un rapport parlementaire condamnant des manquements aux règles de l’institution depuis son entrée en son sein en 2013. « A la suite des récents évènements, Charlotte Hogg a volontairement proposé sa démission hier (lundi) », une démission acceptée « à regret » mardi matin par le directoire de l’institution, précise la banque centrale dans un communiqué. Dans sa lettre de démission, Mme Hogg a reconnu avoir fait une « erreur involontaire » en ne révélant pas les fonctions de son frère au sein de la banque Barclays. Cette décision fait suite à la publication d’un rapport de la Commission des finances du Parlement britannique condamnant le manque de professionnalisme de Mme Hogg, qui n’avait révélé que dans des documents préparatoires à une audition tenue le 28 février à la suite de sa nomination au poste d’adjointe au gouverneur en remplacement de Minouche Shafik, le poste de son frère, soulevant des craintes de conflit d’intérêt. En effet, Mme Hogg, qui a rejoint la Banque d’Angleterre en tant que directrice des opérations en 2013, n’avait jamais divulgué le poste de son frère, directeur de la stratégie chez Barclays et dont les responsabilités rentrent selon la Commission en conflit avec ses fonctions notamment sur la régulation bancaire. Selon un rapport publié mardi par le Trésor britannique, la Commission a estimé que « la compétence professionnelle (de Mme Hogg) n’est pas à la hauteur des très hauts standards nécessaires pour remplir la fonction supplémentaire de gouverneur adjoint chargée des marchés et du secteur bancaire ». De plus, « cet incident soulève des inquiétudes plus larges », sur le fait que plus de réformes pourraient être nécessaires au-delà des mesures mises en place par la BoE depuis la prise de fonction du gouverneur Mark Carney en 2013 afin d’améliorer sa transparence, sa gouvernance et la façon dont la banque centrale rend des comptes. La BoE a ainsi annoncé mardi une reconfiguration des structures internes afin de garantir une protection et une application plus efficaces de son code de conduite. Le directoire de la BoE a de plus annoncé le lancement d’une analyse visant notamment à tirer les leçons du cas de Mme Hogg et ce que l’institution doit faire pour garantir la conformité dès maintenant et à l’avenir, « afin de s’assurer le respect du code de conduite aux plus hauts niveaux de la Banque ». Mme Hogg a précisé dans la lettre de démission qu’elle assurera toute transition. Sa date de départ n’a pas été communiquée. Elle siègera jeudi lors de la réunion du Comité de politique monétaire (CPM) de la BoE dont elle est membre.