Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Elle est pas belle, la vie ? - Page 2

  • Baptême de l'air en Airbus... côté pilote

    Mardi dernier, à Roissy. C'est avec une certaine impatience que je découvre la cabine de l'Airbus que je vais piloter d'ici quelques minutes. Je me positionne sur le siège avant gauche (celui du commandant), alors que mon épouse se pose dans le siège derrière moi, près de la porte. Mon formateur prend quant à lui position sur ma droite, dans le siège de l'OPL (officier pilote de ligne). Je mets la ceinture de sécurité puis enfile le casque de commandant. J'effectue l'indispensable checklist de contrôle en suivant les instructions de mon co-pilote. Je suis très attentif à tout ce qu'il me dit : après tout, je n'ai jamais piloté le moindre avion, jusqu'à ce jour. Une poignée de minutes plus tard pourtant, je demande à la tour l'autorisation de procéder au décollage, et celle-ci me la donne. Je pousse progressivement la manette des gaz et l'avion prend de la vitesse sur la piste. Le sol de la cabine se met à vibrer, j'entends le rugissement des moteurs. Alors que je dépasse la tour de contrôle, j'incline le nez de l'appareil et celui-ci s'élève doucement. Ca y est, les roues ont quitté la piste. Plaqué contre mon siège, je fais monter l'appareil à deux mille pieds avant de rentrer le train d'atterrissage et d'effectuer un virage. Destination ? New York ! Ma femme applaudit mon décollage réussi. Cette histoire vous paraît improbable ? Et pourtant, elle est entièrement vraie. Mais j'ai peut-être oublié de vous préciser que nous sommes à bord d'un simulateur. Aucune comparaison avec un X-Plane 10, cependant. Il s'agit ici d'un simulateur à usage professionnel, employé par les compagnies pour préparer leurs pilotes. La cabine est la copie fidèle d'un Airbus. La cabine, dressée sur des vérins, recrée tout ce qu'on peut ressentir en vol : poussées, turbulences, inclinaions de l'appareil, atterrissage... L'appareil calqué le réel à presque 100% ! Fin du fin, l'expérience est à la carte, et l'on peut sélectionner le point de départ parmi quelques 24000. Mieux encore, on peut même choisir les modalités de vol : météo, panne, etc. N'étant pas téméraire, j'ai choisi un simple trajet de Newark à New York. Une heure hallucinante ! Merci à ma petite femme qui m'a offert cette expérience extraordinaire. Je crois qu'elle l'a regretté pendant quelques minutes, au moment de l'atterrissage. Le vol avait beau être une simulation, le stress, lui, était bien réel ! Pour plus d'informations, allez sur le site de ce vol en simulateur à Roissy.

  • Les algorithmes de prédiction des navigateurs, une autre façon de favoriser certains contenus

    Si le navigateur apparaît comme une porte d’entrée à internet peu biaisée, il convient de souligner que des contenus peuvent être mis en valeur par certaines fonctionnalités et optimisations embarquées dans les navigateurs. C’est le cas des fonctionnalités de chargement anticipé. Afin d’améliorer l’expérience de l’utilisateur, les navigateurs sont optimisés pour réduire le temps d’affichage des pages. Pour accélérer le chargement de contenus, les navigateurs intègrent des fonctions de pré-chargement qui peuvent aller de la résolution DNS anticipée (les adresses IP des sites que l’utilisateur peut visiter sont enregistrées par avance afin qu’il puisse s’y connecter plus rapidement), au chargement complet de la page et des ressources qu’elle contient, en passant par le chargement du seul canevas de la page. Les navigateurs ne chargent donc pas tous les mêmes ressources : Firefox, par exemple, se contente de charger le canevas de la page, alors qu’Edge et Chrome peuvent pré-charger toutes les ressources présentes sur la probable prochaine page visitée pour que celle-ci soit immédiatement et entièrement affichée quand l’utilisateur souhaite la consulter. Ce sont les algorithmes de prédiction des navigateurs web qui déterminent quels contenus télécharger par anticipation sur les terminaux des utilisateurs. Dans Chrome, les heuristiques utilisées pour déterminer le contenu à pré-charger ont changé en 2017. Initialement, à la suite d’une recherche sur Google, Chrome pré-chargeait souvent la page correspondant au premier résultat car Google estimait que cette page avait de grandes chances d’être visitée. Désormais, Chrome fait intervenir plusieurs indicateurs : l’historique de navigation de l’utilisateur, ou encore les contenus que l’éditeur du site recommande de pré-charger et le format de ces contenus. Pour autant, le pré-chargement est gourmand en bande passante et en mémoire qui sont des ressources qui limitées, surtout sur mobile. Pour cette raison, la fonctionnalité n’est activée sur Chrome Mobile que pour les contenus au format AMP (Accelerated Mobile Page), un format optimisé pour la navigation sur mobile et soutenu par Google. Aussi, lorsqu’un utilisateur de Chrome Mobile effectue une recherche sur Google, le navigateur pré-charge plusieurs résultats de recherche qui sont au format AMP (reconnaissables grâce au logo placé au-dessus de l’URL) alors que les résultats qui sont au format web standard ne sont pas pré-chargés. Or le pré-chargement joue un rôle important dans la rapidité d’affichage d’une page et même lorsqu’elles sont en réalité plus lourdes que dans le format web « classique », les pages au format AMP pourraient apparaître plus vite dans le navigateur.

  • Il ne faut jamais dire jamais

    Tel Sergio Régora découvrant dans le miroir une mèche de cheveux blancs, j'ai dû récemment me rendre à l'évidence : j'ai vieilli. Mais ce n'était pas en apercevant mes premiers cheveux blancs : c'est en rejoignant le troupeau que j'en ai pris conscience. Il y a peu, j'ai en effet participé avec ma douce à un voyage de groupe à Tirana en Albanie. Un voyage qui a fait l'effet d'un coup de tonnerre dans notre cercle d'amis. C'est que nous chantons depuis tellement longtemps les bienfaits du voyage d'aventure, où l'on se contente de prendre son billet d'avion et où l'on s'organise sur place. Bref, le voyage de groupe est normalement à des années-lumière de notre façon de faire habituelle. Bien sûr, nous avons vécu certaines galères au cours de nos aventures (je ne pourrai jamais oublier cette nuit où nous nous sommes retrouvés en panne d'essence en pleine campagne), mais cela ne nous a pas affectés pour autant. Jusque-là, nous n'avions d'ailleurs jamais envisagé de modifier notre façon de faire. Ma femme et moi avons toujours refusé d'être rassemblés en troupeau. Que certains veuillent devoir respecter un programme préétabli a toujours été une grande énigme, en ce qui nous concerne (et cela reste aujourd'hui encore une énigme, d'ailleurs). Mais il y a deux mois, en traînant sur internet pour trouver des vols de dernière minute, nous avons trouvé par hasard une agence organisant des voyages de groupe nouvelle génération. Ceux-là sont en fait constitués de telle manière qu'en dehors de quelques visites guidées, chaque participant peut organiser son temps libre comme ça lui chante. La recette nous a semblé pas mal, et en définitive, nous avons craqué. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que nous n'avons pas été déçus. Avec un tel voyage, on peut réellement bénéficier des bienfaits du voyage de groupe sans devoir en endosser les contraintes. Et si j'y suis allé à reculon, j'ai finalement pas mal apprécié ce voyage. Peut-être même que pour notre prochain voyage, nous partirons de la même manière ! Voici le lien vers l'agence où nous avons déniché ce voyage, si vous souhaitez vous faire votre propre opinion. Retrouvez toutes les infos sur ce séjour voyage groupe en Albanie en suivant le lien.