Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Les stars du salon du Bourget

Par certains aspects, pour les amateurs d'avions de chasse, cette 51e édition de salon du Bourget aura été un peu fade. La plupart des appareils représentés sont restés bien gentillement au sol, au détriment de tous les visiteurs qui espéraient les voir à l'oeuvre. Les Américains boudent (depuis deux éditions, déjà) les démonstrations de vol et se contentent d’exposer les modèles classiques de leur arsenal : deux F-16 étaient donc présents, accompagnés d’un F-15. Du côté des Russes, le constat était encore plus triste, puisqu'il n'y avait pas un seul avion, ni dans le ciel ni en statique. Les démonstrations russes des Mig et des Su-35 que le public affectionne tant chaque fois ont manqué. L’embargo européen sur la Russie et le blocage par la France de la livraison des porte-hélicoptères Mistral n'y sont sans doute pas étrangers. Si les deux géants étaient plus ou moins absents de cette édition, trois appareils se sont faits d'autant mieux remarquer en leur absence. Deux nouveautés, tout d'abord, tous deux des avions de combat légers : le Scorpion de Textron et le JF-17 Thunder pakistanais, qui se sont fait remarquer non seulement au sol mais également en démonstration en vol. Le troisième appareil, cependant, était incontestablement la vraie star de cette 51ème édition : le Rafale. Après 14 années de salons (soit 7 éditions !), c’est la première fois que l’avion français vient en vainqueur, après s'être exporté à plusieurs reprises depuis le début de l'année. Les visiteurs étrangers et les caméras se bousculaient donc en toute logique sur le stand statique du constructeur. Considéré comme invendable par tous durant quinze ans, cet appareil fut uniquement commandé par l’armée de l’air française (qui en possède aujourd'hui 141 exemplaires). Mais le Rafale a fait en quelques mois un triplé à peine croyable avec 84 ventes à la suite : l’Egypte en a commandé 24, l'Inde 36 exemplaires, et enfin le Qatar 24 autres. Après avoir été mis en service au début du siècle, le Rafale a été engagé par la France dans tous les conflits modernes : Afghanistan, Libye, Mali, Centre Afrique et Irak. C’est peut-être cette accumulation d’expériences qui a permis de réaliser ces premières ventes. Ou peut-être le climat géopolitique (et notamment, la politique d'Obama très critiquée dans le monde) qui ont permis au Rafale d'être enfin une alternative viable. Quoi qu’il en soit, le public s'est régalé des démonstrations en vol du Rafale, qui ont constitué le moment fort de cette 51e édition. Le Rafale est le genre d'appareil qui parvient à arracher à la foule des « Wow » et des « Waw » ! A lire sur le site internet de cette expérience de baptême en L-39 à Reims.

Les commentaires sont fermés.