Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Systèmes alimentaire et déchets alimentaires

    On peut présenter l’abondance de nourriture et son coût relativement bas dans les dépenses totales des ménages comme un succès du système alimentaire industrialisé européen. Pourtant, ces avantages sont accompagnés d’une forte production de déchets alimentaires et d’un haut degré d’inefficacité. Le gaspillage alimentaire représente des pertes économiques et sociales aux conséquences écologiques considérables. Pour mettre ces données en perspective, si le gaspillage alimentaire mondial était un pays, il se situerait juste derrière les Etat-Unis et la Chine en terme d’émissions de gaz à effet de serre. On estime qu’en 2012, l’Europe des 28 a jeté 88 millions de tonnes de nourriture le long des différentes étapes de la chaîne d’approvisionnement. De même, on estime que les coûts liés au gaspillage alimentaire s’élèvent pour à 143 milliards d’€ pour l’Union européenne, soit l’équivalent de son budget de fonctionnement. Les déchets alimentaires ont connu une forte croissance durant la deuxième moitié du siècle dernier, passant de quelques pourcents dans les années 30, aux niveaux mondiaux actuels, où un tiers des aliments produits sont perdus ou jetés. En tenant compte des relations commerciales, la plupart des pays européens produisent entre 150 % et 200 % des besoins alimentaires de leur population, sur la base des besoins caloriques. Avec une offre qui dépasse la demande, il existe une forte probabilité de taux élevés de gaspillage alimentaire. Le coût relativement bas de la nourriture en Europe génère peu d’incitations économiques pour la réduction du gaspillage par les consommateurs. Le tableau 1 compare les dépenses alimentaires des ménages avec la production de déchets alimentaires, témoignant de la valeur accordée à la nourriture dans les différents pays. Les dépenses alimentaires européennes sont particulièrement basses par rapport aux revenus : le Royaume-Uni, la Suisse, l’Irlande et l’Autriche y consacrent moins de 10 %. A l’opposé, avec quasiment 45 % des revenus consacrés, les trois pays qui dépensent le plus pour leur alimentation  sont le Nigeria, le Kenya et le Cameroun. Il est à noter que l’Afrique sub-saharienne génère le niveau de déchets alimentaires ménagers le plus bas. Le gaspillage alimentaire est un des nombreux dysfonctionnements du système alimentaire européen. Alors que la production mondiale serait en capacité d’assurer la sécurité alimentaire de notre génération et de celles à venir, les modèles de consommation et l’usage des terres correspondent peu aux besoins nutritionnels. En Europe, par exemple, 72 % des terres utilisées pour nourrir les citoyens sont destinées à des produits d’origine animale. En outre, près de la moitié des Européens souffrent de surpoids et 1 sur 6 est obèse. Si l’on veut développer des systèmes alimentaires durables, y compris éviter le gaspillage, il est essentiel d’utiliser les aliments et les ressources efficacement.