Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Elle est pas belle, la vie ?

  • La vie dans les étoiles

    Des scientifiques ont détecté un élément chimique essentiel à la vie, tourbillonnant autour d'un trio d'étoiles juvéniles semblables au soleil dans sa jeunesse. Et si la vie était en train de naître ailleurs dans l'Univers? Selon deux études parues dans Monthly Notice de la Royal Astronomical Society, des astronomes ont en effet découvert qu'une molécule essentielle à l'émergence de la vie gravitait autour d'une trio de jeunes étoiles. Celles-ci, situées à environ 400 années-lumière de la Terre dans la constellation du Serpentaire, ressemblent à notre soleil dans sa jeunesse, avant la formation de la Terre et des autres planètes il y a environ 4,5 milliards d'années. Concrètement, la molécule découverte, l'Isocyanate de méthyle, "joue un rôle essentiel dans la formation des protéines, qui sont des ingrédients de base pour la vie", a expliqué Victor Rivilla de l'Observatoire d'Arcetri à Florence et co-auteur d'une des études. Selon les chercheurs, cette découverte pourrait permettre de mieux comprendre l'apparition de la vie sur Terre il y a des milliards d'années. La présence de l'Isocyanate de méthyle autour d'étoiles juvéniles montre que les éléments clés pour l'émergence de la vie "étaient très probablement déjà disponibles au stade le plus précoce de la formation du système solaire", selon Niels Ligterink, chercheur à l'Observatoire de Leiden aux Pays-Bas, auteur principal de la deuxième étude. Cette découverte a été permise grâce au puissant réseau de radio-télescopes ALMA, construit dans le nord du Chili. Grâce à lui, les astronomes ont débusqué la molécule organique, qui flottait dans un nuage dense de poussière interstellaire et de gaz entourant les trois étoiles. A l'avenir, une partie de ce mélange de poussières et de gaz tombera sur les étoiles, le reste formera des planètes. Depuis son installation, ALMA avait déjà permis de repérer des molécules de glycolaldéhyde, une forme de sucre, dans le gaz entourant une autre étoile juvénile. Cette molécule est également l'un des éléments constitutifs de la vie.

  • Les nouvelles règles du chômage

    Ce sera sans doute l'un de ses derniers gestes comme ministre du Travail. Ce jeudi 4 mai, Myriam El Khomri paraphera la nouvelle convention d'assurance chômage. "C'est confirmé, signature jeudi", a annoncé l'entourage de la ministre, attestant au passage une information du Figaro. Cette signature, nécessaire, était attendue d'un jour à l'autre, en raison du calendrier électoral. Les partenaires sociaux voulaient surtout que les choses avancent avant le 7 mai et l'arrivée du nouveau chef de l'Etat. Les propositions d'Emmanuel Macron, notamment, inquiètent beaucoup les partenaires sociaux. Le candidat d'En marche souhaite modifier profondément la logique de l'assurance-chômage en la transformant en un droit universel, ouvert à tous y compris aux indépendants et aux démissionnaires. En contrepartie, les "devoirs" des chômeurs seraient plus encadrés. La nouvelle convention est la transcription de l'accord conclu le 28 mars entre le patronat et les syndicats, à l'exception de la CGT. Ils s'étaient mis d'accord après un long processus de négociation. Cette convention modifie, pour trois ans, plusieurs paramètres de l'assurance chômage, comme le niveau de cotisations patronales, les conditions d'affiliation au régime, la formule de calcul des allocations et les règles d'indemnisation des seniors. Si la hausse des cotisations patronales (+0,05 point) doit entrer en vigueur le 1er octobre prochain, les autres mesures prendront effet le 1er novembre. Des changements qui ne sont pas au goût de tous. Quatre associations de chômeurs doivent remettre à Myriam El Khomri une pétition dénonçant cet accord qui vise "les femmes, les seniors et les précaires". Elles estiment qu'il ne faut pas agréer le texte. L'entourage de la ministre a indiqué que les organisations "seront reçues" par son cabinet "si elles se présentent au ministère". Le texte prévoit des économies conséquentes. En rythme de croisière (à partir de 2022), la convention est censé réduire le déficit du régime de près de 900 millions d'euros par an, selon un chiffrage de l'Unédic. Fin 2016, l'assurance chômage affichait une dette de 30 milliards d'euros et l'Unédic prévoyait, avant la signature de la nouvelle convention, des déficits de 3,6 milliards en 2017 et de 3,9 milliards en 2018. Si sa fonction assurantielle est globalement à l'équilibre - les cotisations collectées couvrent les allocations versées -, le régime est en déficit notamment en raison du financement de l'opérateur public Pôle emploi, dont elle assure les deux tiers (plus de 3 milliards d'euros par an), et de l'indemnisation des travailleurs transfrontaliers, qui engendre un déficit d'environ 600 millions d'euros.

  • Voler comme un Albatros

    Tout récemment, j'ai fait quelque chose qui marche une vie entière : j'ai grimpé à bord d'un avion de chasse pour un vol de 45 minutes. Cette expérience originale s'est déroulée du côté de Pontoise et c'était réellement sensationnel. Je croyais m'être assez préparé aux sensations que je pourrais éprouver en vol : j'avais lu tous les retours d'expérience sur la question. Je savais absolument tout ce qui m'attendait. Mais vous savez quoi ? Il existe une différence capitale entre le fait de savoir et la vivrede l'intérieur. C'est une vérité qu'on sait tous mais que nous avons en fait tendance à occulter. Nous passons à présent tellement de temps attachés à nos écrans que nous en occultons toujours un peu plus le réel. Nous sommes parvenus à un degré d'abstration où, lorsque nous nous découvrons quelque chose, nous sommes obnubilés par le fait de partager en ligne. Nous rencontrons une star ? Tout ce qui compte, c'est un selfie avec qu'on pourra partager en ligne. Un plat de spaghettis bolognaise ? Il faut un cliché vite partagée avant même de déguster. Nous n'existons plus dans le présent : nous sommes piégés dans l'instant qui suit, celui où le monde va acclamer et commenter l'anecdote. Au fond, nous fonctionnons tous des junkies implorant leur dose de likes. Ce qu'il y a de plus triste, dans tout ça, c'est que tout le temps passé à imaginer cette vie sur internet, c'est autant de temps que nous passons à ne pas vivre nos vies. Les délices de la schizophrénie en réseau. On peut sincèrement une époque démente, car nous ne sommes plus seuls dans nos têtes. Enfin, j'ai été littéralement conquis par ce vol en avion de chasse. Je vous mets en lien le presta par lequel je suis passé, si vous habitez du côté de Pontoise...Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de cette expérience de vol en L-39.